Le Vrai chic littérère ?

 

Interview de Jean-Jacques Megel-Nuber, créateur de la librairie.

 

Quel est votre travail ?

Je suis libraire d’occasion itinérant. C’est-à-dire que je parcours l’Est de la France avec ma librairie pour aller à la rencontre des amoureux des livres. Mon travail consiste à vendre des livres d’occasion et à proposer des animations autour du livre. Je propose beaucoup de lectures à voix-haute aux enfants mais aussi aux adultes.

 

Comment avez-vous eu cette idée ?

L’idée de cette librairie est le fruit d’un processus qui a pris environ deux ans. J’ai quitté mon emploi de directeur artistique dans une structure qui programmait des spectacles pour des enfants éloignés des théâtres (dans le Jura), en avril 2015. J’éprouvais l’envie d’aller à la rencontre des gens, sur leurs lieux de vie, avec des propositions culturelles. J’ai d’abord pensé ouvrir une sorte de bistrot culturel où il serait possible de boire un café ou un thé, manger une pâtisserie, écouter de la musique, lire un livre, rencontrer des artistes… dans un lieu éloigné d’une grande ville. J’ai abandonné (peut-être provisoirement) cette idée parce que je ne voulais pas attendre que les gens viennent vers moi. Je préférais aller vers les gens avec ma proposition.

 

Et l’envie d’ouvrir une librairie d’occasion ?

Adolescent, je lisais énormément et je rêvais d’être libraire, mais aussi archéologue, comédien, de travailler dans un musée, un théâtre, etc. Au cours de ma carrière professionnelle j’ai exercé ces divers métiers ; il ne me restait plus qu’à explorer celui de libraire. Dans un temps où l’on dit que les gens lisent de moins en moins, que le livre est cher, j’ai voulu proposer une solution, ma petite solution… Venir chez les gens avec des livres, mais des livres qui soient économiquement accessibles, j’ai donc décidé de vendre des livres d’occasion, à moitié prix. Et puis recycler des livres c’est leur donner une seconde vie !

 

Pourquoi prend-elle place dans une tiny-house ?

L’idée de départ était que les personnes éloignées des milieux culturels puissent trouver une librairie qui viendrait à leur rencontre dans leurs petites villes ou villages. Pour cela j’avais besoin d’un lieu qui donne envie aux personnes d’y entrer. Après réflexion, j’ai imaginé que la librairie prendrait place dans une tiny house. J’aimais son côté cocon inspirant. Il semble que j’aie été le premier à avoir eu cette idée toute simple. Quelle a été le premier lieu visité par Le vrai chic littérère ? La première fois que la librairie a été montrée, c’était à l’occasion d’un petit marché de Noël, dans un village qui s’appelle Les Voivres (dans les Vosges), qui se trouve à environ cinq kilomètres de l’atelier où la tiny-house a été construite. D’ailleurs, elle n’était pas encore complètement terminée.

 

À quelle fréquence se déplace-t-elle ?

La librairie se déplace en moyenne deux à trois fois par mois. Elle s’installe quelque part entre deux jours et trois semaines. Que pensent les personnes qui découvrent la librairie ? Les réactions sont plutôt positives. On me dit souvent qu’on s’y sent bien, qu’on a du mal à en partir ou bien qu’on voudrait la même chose dans son jardin. Je crois que les gens sont séduits par le fait qu’elle soit en bois. Ils apprécient beaucoup son côté chaleureux.

 

Comment choisissez-vous les livres qui constituent votre fonds ?

Bien entendu je n’ai pas lu tous les livres qui se trouvent dans la librairie. Je les choisis en fonction de mes nombreuses lectures, de ce que je connais des auteurs, des éditeurs, des collections, mais aussi parce que je les trouve beaux ou parce que je trouve leur thématique intéressante. J’y propose des livres dont j’imagine qu’ils plairont à d’autres personnes.

 

Comment choisissez-vous les villes à visiter ?

Ce n’est pas moi qui choisis les lieux que la librairie visite. Ce sont les villes ou villages, les associations, les organisateurs d’événements qui me demandent de venir. Ensuite j’accepte ou je refuse. Mais j’accepte le plus souvent !

 

Pouvez-vous garer Le vrai chic littérère où vous voulez ou avez-vous besoin d’une autorisation ? Répondant à des invitations les organisateurs me donnent tacitement l’autorisation de l’installer à l’endroit que nous avons choisi ensemble.

 

Est-ce un service gratuit ou payant ?

Cela dépend. Si la librairie est invitée dans le cadre d’une manifestation culturelle il s’agira une prestation au forfait (très raisonnable !). Sinon, c’est gratuit… sauf les animations qui sont payantes. N’hésitez pas à vous renseigner !

Et pour terminer, quel est votre livre préféré ?

J’ai beaucoup de livres préférés, cela dépend de mon humeur. Si je suis d’humeur sérieuse je dirai « Mémoires d’Hadrien » de Marguerite Yourcenar, mais si je suis d’humeur enjouée ce sera « Mon oncle Oswald » de Roald Dahl.